Actualités

Glyphosate, une sage abstention de la France.

Actuellement, le glyphosate est autorisé dans l'Union européenne jusqu'au 15 décembre 2023. Se pose donc aujourd’hui la question pour l’Union européenne de prolonger, ou non, cette autorisation.   

Dans ce contexte, le 19 septembre dernier, la Commission européenne a présenté un projet de règlement proposant de renouveler l'approbation du glyphosate pour une nouvelle période de 10 ans. Cette proposition prévoit de laisser chaque pays de son côté définir les restrictions d’usage, au moment de l'autorisation de mise en marché. Une telle approche n’est pas suffisante et pas admissible car elle n’est pas européenne. Elle laisse finalement chaque État membre faire ce qu’il veut sur le sujet, exposant les agriculteurs à un risque réel et important de distorsions de concurrence sur le marché.   

C’est précisément cet avis qu’a exprimé la France, le 13 octobre, lors de la dernière réunion du groupe d’experts européens sur le sujet (le SCOPAFF), en s’abstenant, comme l’Allemagne notamment, sur le texte mis sur la table par la Commission européenne. Que cela n’en déplaise à certains préférant s’enfermer dans des postures binaires, la France a pour moi fait preuve de courage politique. En s’abstenant, elle se donne la chance de continuer à peser dans la négociation et de participer, ainsi, à réécrire un texte européen de réautorisation plus acceptable car plus complet et plus précis sur la définition des modalités de la réautorisation, et ce dans l’intérêt du monde agricole pour qui un contexte de concurrence loyale sera indispensable pour bien fonctionner économiquement.   

Le débat autour du sujet reste malheureusement aujourd’hui polarisé entre ceux qui demandent une interdiction totale et ceux qui demandent une autorisation sans aucunes restrictions. Les deux scénarios ne sont pas raisonnables. Une interdiction tout court serait en contradiction totale avec les dernières évaluations scientifiques sur le sujet, mais aussi en contradiction avec le défi indispensable d’indépendance agricole et alimentaire que nous devons surmonter dans un monde de plus en plus instable (Ukraine, Moyen-Orient, etc.).   

Il est vraiment regrettable que la NUPES et les Verts, bien trop attachés à la symbolique du glyphosate et enfermés dans leurs dogmes, refusent de défendre une position plus pragmatique sur le sujet. En voulant interdire sans solutions et sans accompagnements adéquats pour les agriculteurs, ils fragilisent notre capacité européenne à produire et à pouvoir assurer notre souveraineté alimentaire, et ils nous rendent dépendants de produits du reste du monde, moins-disant que les nôtres sur bien des aspects environnementaux.   

De l’autre côté, ceux qui pensent qu’autoriser sans aucunes restrictions serait la solution, refusent de voir les attentes de la société, et ne participent pas non plus à valoriser tous les progrès déjà réalisés pour réduire l'usage de ce produit, notamment en France. Et surtout, autoriser, sans un cadre européen minimum pour obliger tous les États membres à respecter les mêmes règles du jeu, c’est exposer les agriculteurs à une concurrence déloyale qui les desservira. J’appelle donc tout un chacun à se méfier des discours simplistes et démago de certains qui rassurent peut-être, à premier abord, mais qui ne disent, en réalité, par la vérité sur le sujet.   

Avant la décision finale prévue en novembre, la Commission européenne a une dernière chance de prendre la seule décision qui serait vraiment courageuse : construire un cadre européen capable d’encadrer pour tous, de la même manière, l’utilisation du glyphosate. Si elle ne le fait pas, le glyphosate ne sera pas pour autant interdit, tant mieux, il n'y a pas de raison de l'interdire, mais il sera utilisé n'importe comment selon les pays. Et on continuera à mettre en danger, jusqu'à la prochaine réévaluation, les utilisations qui restent pertinentes, comme en agriculture de conservation.   

Mon intervention sur le sujet en plénière du Parlement européen, à Strasbourg, le 4 octobre : 

https://twitter.com/JDecerle/status/1709642557498552381

Pour plus d’informations:   

https://twitter.com/JDecerle/status/1712871257228653008

https://www.euractiv.fr/section/agriculture-alimentation/news/glyphosate-la-commission-europeenne-ne-reviendra-pas-sur-sa-position-affirme-stella-kyriakides/ 

https://www.lafranceagricole.fr/glyphosate/article/846056/derniere-ligne-droite-avant-le-vote-sur-le-glyphosate    

https://www.creusot-infos.com/news/bourgogne-franche-comte/bourgogne-franche-comte/jeremy-decerle-a-manon-aubry-vous-decredibilisez-la-france-et-les-francais.html   

https://www.infos-dijon.com/news/bourgogne-franche-comte/bourgogne-franche-comte/jeremy-decerle-a-manon-aubry-vous-decredibilisez-la-france-et-les-francais.html   

https://www.sillonbelge.be/11692/article/2023-10-11/glyphosate-une-proposition-amender   

https://www.agra.fr/agra-europe/glyphosate-derniers-ajustements-avant-un-vote-scrute   

https://www.info-chalon.com/articles/2023/10/13/84139/glyphosate-l-euro-depute-jeremy-decerle-salue-ce-qu-il-qualifie-de-sage-decision/   

https://www.info-beaune.com/articles/2023/10/13/4302/glyphosate-l-euro-depute-jeremy-decerle-salue-ce-qu-il-qualifie-de-sage-decision/   

https://linformateurdebourgogne.com/utilisation-du-glyphosate-la-france-est-ni-pour-ni-contre/   

https://www.lafranceagricole.fr/glyphosate/article/846530/glyphosate-toujours-pas-de-consensus    

https://www.lopinion.fr/economie/glyphosate-echec-de-la-rehomologation-europeenne-au-premier-round   

https://www.agri53.fr/glyphosate-la-decision-est-repoussee 

http://m.laterredecheznous.com/news/fullstory.php/aid/8783/_AB_A0Un_totem_politique_A0_BB_d_E9plore_J_E9r_E9my_Decerle.html   

Adoption du Rapport d’initiative du Parlement européen sur le Renouvellement des Générations en Agriculture
20 déc. 2023
L’adoption à une large majorité du Parlement européen du rapport d’initiative sur le renouvellement des Générations en Agriculture passe un message clair: arrêtons de perdre des paysans.
Rapport DECERLE sur les données agricoles adopté en plénière le 17 octobre 2023
20 déc. 2023
Le Parlement a adopté l'accord interinstitutionnel pour convertir le réseau d’information comptable agricole (RICA) en réseau d’information sur le développement durable des exploitations agricoles.